ASTHME

GENERALITE

Qu’est-ce que l’asthme ?

L’asthme est une maladie causée par une inflammation des bronches. Elle concerne près de 5 % de la population. C’est une maladie chronique qui apparaît par crises au cours desquelles la personne éprouve des difficultés à respirer, s’essouffle, et a une respiration sifflante. Ces troubles respiratoires peuvent cesser spontanément ou grâce à un traitement. Chez une personne asthmatique, les bronches sont anormalement sensibles à certains facteurs comme l’exercice physique, le froid, la fumée de cigarette ou des allergènes. Lors d’une crise d’asthme, les bronches s’enflamment, se contractent et produisent un mucus. Cela ne permet plus à l’air de bien circuler dans les poumons.

CAUSES ET SYMPTOMES

Les causes de l’asthme

Les causes de l’asthme sont multiples. L’asthme vient de l’association d’une prédisposition génétique à l’allergie (également appelée « atopie ») et de facteurs environnementaux (allergènes, pollution…) qui vont favoriser son apparition. Nos poumons sont sensibles à différents agents, comme le pollen, la pollution atmosphérique ou les substances chimiques puissantes. Les personnes atteintes d’asthme ont des poumons qui sont plus sensibles que la moyenne.

Les facteurs génétiques ont une importance dans le mécanisme de développement de l’asthme. Mais, même si l’on trouve souvent une prédisposition familiale à la survenue d’un asthme, la transmission de l’asthme des parents à leurs enfants n’est pas automatique. L’asthme n’est donc pas une maladie héréditaire, car il n’existe pas un seul gène responsable.

L’environnement dans lequel nous vivons est un facteur indispensable à l’apparition des signes cliniques mais seulement en cas d’asthme allergique. En effet, l’asthme est en partie une réponse allergique. Il peut être déclenché par une substance externe présente dans votre environnement et qui est particulièrement irritante pour vos poumons. Ces déclencheurs sont souvent de petites particules de protéines : les allergènes. Certaines personnes sont sensibles à plusieurs allergènes. Les plus fréquents sont les suivants : le pollen, la moisissure, la poussière, les poils d’animaux etc… Veuillez à les éviter au maximum. La pollution atmosphérique favorise ou aggrave aussi les manifestations de l’asthme. Lors de pics de pollution, éviter les efforts, en particulier la pratique du sport en extérieur.

Pour finir, Le psychisme joue un rôle certain mais relatif sur les crises d’asthme, surtout chez les enfants. Il est fréquent de voir des crises d’asthme provoquée par des contrariétés, des difficultés scolaires ou familiales, des émotions fortes.

 

Les symptômes de l’asthme

Pour certaines personnes, les symptômes de l’asthme passent inaperçus. Si votre asthme est asymptomatique, des tests respiratoires sont alors nécessaires pour détecter la maladie. Lorsqu’ils ne sont pas ou mal traités, les symptômes peuvent être mortels. D’où l’importance d’un diagnostic et d’une prise en charge rapide et efficace. Il s’agit de :

-La crise d’essoufflement aiguë : C’est le symptôme le plus courant. Les premiers signes sont parfois discrets (picotements dans la gorge, nez qui coule, éternuements, toux sèche, etc.).La crise se manifeste souvent suite à un effort physique ou lors d’un contact avec l’allergène. En effet, l’air a du mal à passer dans les bronches de la personne asthmatique.

-Des difficultés à respirer : Pendant la crise, la respiration est gênée par le spasme des bronches. On peut entendre un sifflement respiratoire. Ce sifflement correspond au passage de l’air dans des tuyaux (les bronches) resserrés. L’expiration devient difficile et nécessite un effort de plus en plus important. Une sensation d’oppression au niveau de la cage thoracique peut aussi être ressentie.

-La toux sèche : certains asthmatiques ne présentent qu’une toux chronique qui est essentiellement présente lors du coucher ou suite à un effort physique. Ces quintes de toux d’asthme ont tendance à ramener des crachats perlés et visqueux.

DIAGNOSTIC

Le diagnostic de l’asthme

La grande majorité des patients asthmatiques ne présente aucune anomalie lorsqu’une radio thoracique, radio des poumons, est effectuée. Pour diagnostiquer l’asthme et mesurer son importance, votre médecin devra avant toute chose connaitre vos antécédents allergiques. Il se basera sur la description précise de vos symptômes (crises d’essoufflement au quotidien, sifflements, toux sèche), les circonstances dans lesquelles ces manifestations apparaissent, leur ancienneté et leur fréquence. Le savoir lui facilitera la pose du bon diagnostic. S’il le juge nécessaire, il vous demandera une série de tests comportant : les épreuves fonctionnelles respiratoires (EFR), un test d’allergies sur la peau, un test de la fonction pulmonaire et le test de provocation. Ces examens aident le médecin à faire le diagnostic de la maladie en mesurant, de manière objective, la capacité respiratoire, et à déterminer les risques d’allergies. Si ces tests sont positifs et si les symptômes typiques se manifestent, le diagnostic d’asthme est très probable.

ASTHME ET SPORT

Asthme et sport 

Beaucoup d’enfants asthmatiques ne pratiquent pas de sport car leurs parents pensent que des activités physiques ne sont pas conseillées, c’est une grave erreur. Si être asthmatique peut être handicapant, Cela n’empêche en rien la pratique d’un sport. Dalleurs, de nombreux champions olympiques sont asthmatiques, cela ne les empêche pas de pratiquer un sport de haut niveau. Le secret de ces athlètes : une bonne connaissance de leur maladie, beaucoup de motivation et d’entrainement, mais surtout une adoption rigoureuse des bons réflexes pour que sport et asthme soient un mariage réussi. Un sport régulier permet d’améliorer la capacité pulmonaire et la dilatation des bronches et de faire reculer peu à peu le seuil d’apparition de l’asthme lié à l’effort. Aussi, le sport peut permettre à tout le monde, quelques soit son âge, d’améliorer sa qualité de vie et de diminuer le stress.

Nous vous recommandons les sports d’endurance (randonnée, vélo, jogging, ski de fond, tennis, danse). A vous de choisir celui que vous aimez le plus. Échauffez-vous progressivement pendant plusieurs minutes avant la pratique de l’effort (surtout quand il fait froid). De préférence faites le sport accompagné, il est toujours plus agréable de faire le sport avec quelqu’un que seul. Toutefois, nous vous déconseillons fortement les sports collectifs intenses (rugby, basket, hockey, etc.). Ils demandent des efforts brusques et peuvent provoquer des crises d’asthmes. Eviter catégoriquement de faire de la plongée. C’est le seul sport formellement interdit chez l’asthmatique. Le risque d’une crise est important en plongée, parce que l’air comprimé dans la bouteille est froid et totalement sec, ce qui favorise la crise chez l’asthmatique.

 

Nos conseils pour les sportifs asthmatiques

Les personnes asthmatiques doivent faire un peu plus attention que les autres quand elles font du sport car une crise peut se déclencher à n’importe quel moment. Nous vous conseillons de :

-Demander conseil à votre médecin. Il reste indispensable de demander un avis médical avant de commencer un nouveau sport. Vous devez interroger votre médecin et à lui faire part de vos craintes ou éventuelles gênes ressenties. Il vous accompagnera dans ce défi et vous orientera vers le sport qui vous convient le mieux.

-Vous devez prendre votre médicament protecteur prescrit 10 à 15 minutes avant le sport.

-S’échauffer lentement avant de commencer le sport. Ne démarrer pas brusquement. Laissez votre corps s’adapter progressivement.

-Tenir compte des conditions climatiques : Un temps froid et sec est défavorable à la pratique sportive d’un asthmatique, car il engendre des crises plus facilement. Si le temps est trop venteux, trop sec ou trop froid, laisser tomber. Vous devez porter une tenue adaptée pour éviter d’avoir froid.

-Vérifié que l’asthme est bien équilibré : Avant de faire du sport, il est recommandé de mesurer votre souffle avant et après l’effort grâce au débitmètre de pointe. Les mesures obtenues permettent de juger si votre état de santé vous permet de faire du sport ce jour-ci. Si ce n’est pas le cas, renoncer ou attendez un peu.

-Dès que vous vous sentez fatigué, arrêter. N’allez pas au-delà de vos limites. Il ne sert absolument à rien de prendre des risques inutiles.

ASTHME ET GROSSESSE

Asthme et grossesse

Vous êtes enceinte et asthmatique. Ne vous inquiétez pas, votre grossesse n’est pas particulièrement en danger, mais vous devez respecter quelques précautions. L’évolution de l’asthme chez la femme enceinte n’est pas prévisible. Durant la grossesse, l’asthme s’améliore chez un tiers des femmes asthmatiques, il reste stable chez un autre tiers et s’aggrave pour le dernier tiers des futures mamans. Chez la femme enceinte asthmatique surtout si son conjoint l’est également, des mesures préventives sont préconisées, à savoir :

-Une femme enceinte doit absolument arrêter de fumer

-La future maman devra avoir son inhalateur toujours sur elle, éviter tous les facteurs déclencheurs d’une crise d’asthme. Au moindre signe d’aggravation de son asthme, baisse de la fonction respiratoire, elle devra consulter son médecin.

-En pratique, les médicaments utilisés habituellement pour l’asthme sont les mêmes qu’en dehors de la grossesse. Seule l’adrénaline est contre-indiquée.

-La consommation d’aliments allergisants comme la cacahuète est déconseillée pendant la grossesse d’une femme asthmatique.

-L’alimentation de votre bébé ne doit pas être diversifiée trop rapidement.

-Ne jamais arrêter son traitement contre l’asthme pendant la grossesse.

-Pour plus de sécurité, le médecin vous demandera de vérifier si votre asthme est bien équilibrer à l’aide d’un débitmètre de pointe.

-Pour réduire les risques de voir se développer un asthme chez votre enfant, il est conseillé de ne pas fumer en sa présence, de prendre des mesures contre les allergènes et d’éviter d’avoir un animal domestique.

IMG-20180608-WA0002


ACHETER MAINTENANT

WhatsApp Logo Tchattez ici avec nous
X