DIABETE

Qu’est-ce que le diabète ?

Le diabète est un trouble métabolique chronique caractérisé par un taux de glucose excessif dans le sang. Il est causé par le manque ou un défaut d’utilisation d’une hormone : l’insuline. L’insuline est une hormone produite par les cellules bêta du pancréas. Elle fonctionne comme une clé en permettant au glucose de pénétrer dans les cellules de l’organisme à savoir : les muscles, les tissus adipeux et le foie où il sera transformé et stocké. Dans les cellules, le glucose est utilisé comme une source d’énergie pour le corps. Le taux de glucose dans le sang diminue alors.

Le pancréas secrète aussi une autre hormone : le glucagon. Le glucagon possède une fonction hormonale opposée à celle de l’insuline, puisqu’il entraîne une hausse de la glycémie. Elle permet de libérer le glucose stocké dans le foie, en dehors des repas, lors d’une baisse énergétique ou d’une baisse de glycémie. La régulation de l’action de l’insuline et du glucagon permet de maintenir une glycémie correcte et appropriée à l’effort fourni par l’organisme.

Cependant, chez les personnes diabétiques, ce système de régulation ne fonctionne plus correctement. Lorsqu’un individu manque d’insuline ou qu’elle ne peut pas accomplir sa fonction, le glucose ne peut pas servir de carburant aux cellules. Il s’accumule alors dans le sang et entraîne une augmentation du taux de sucre (hyperglycémie).   À la longue, un taux de sucre élevé dans le sang entraîne certaines complications, notamment au niveau des yeux, des reins, des nerfs, du cœur et des vaisseaux sanguins. Il y a un lien direct entre le niveau de contrôle des glycémies et le risque de complications.

Les types de diabète

On distingue au moins 4 types de diabète. Mais nous parlerons des plus fréquents, à savoir : le diabète de type 1 qui touche environ 6% des diabétiques et le diabète de type 2 qui en touche 92 %.

Quel type de diabète se développe chez les personnes en excès de poids ?

Chez la personne en surpoids ou obèse, il s’agit souvent du diabète de type 2.

Les causes du diabète

Le diabète de type 1 a une origine auto-immune. Le système immunitaire va attaquer les cellules productrices d’insuline dans le pancréas et à les détruire.  Cela se fait en raison de facteurs génétiques et/ou d’une infection virale (rubéole par exemple). A ce jour, Il n’existe aucun moyen de se prémunir contre l’apparition du diabète de type 1.

Le diabète de type 2 est la forme la plus fréquente de diabète (90 % des cas). Il est caractérisé par une diminution de la sécrétion d’insuline entraînant une hyperglycémie. Étant donné que l’organisme ne peut utiliser l’insuline comme il le devrait ou parce que le pancréas n’en produit pas assez, le glucose ne peut être transporté à l’intérieur des cellules à partir du sang. Les causes du diabète de type 2 sont nombreuses. Généralement l’apparition de ce diabète découle d’une combinaison de plusieurs facteurs qui déclenche l’apparition de la maladie. Il s’agit de :

-L’obésité : Une personne obèse a 3 fois plus de chances d’être diabétique qu’une personne non-obèse et environ 90 % des personnes atteintes du diabète de type 2 sont en surpoids.

-Les habitudes alimentaires : Ceux qui consomment beaucoup d’aliments sucrées ou de boissons sucrés (gâteaux, pâtisseries, sucreries, chocolat, biscuits, cassonade, miel, mélasse, sirops, confitures, etc…) sont plus à risques.

-Un mode de vie sédentaire : La sédentarité est un vrai problème de santé publique. Ces dernières années, notre style de vie s’est profondément modifié. Nous passons de plus de temps devant la télévision ou l’ordinateur, sortons peut et pratiquer peu ou pas de sport. Cela augmente significativement le risque de développer un diabète de type 2. Sortez et faites du sport. Le sport c’est la vie.

-L’hérédité : Le caractère héréditaire de la maladie est indiscutable. Le risque pour une personne qui a un parent diabétique de développer un diabète de type 2 est de 40%, si les deux parents sont diabétiques le risque est de 70%. Cependant, rassurez-vous, le fait de posséder un parent diabétique de type 2 ne fait pas automatiquement de vous un diabétique ou futur diabétique. Vous avez juste plus de risques de développer la maladie que les autres.

-Le sexe : Les hommes ont plus de chances d’être diabétiques que les femmes

– L’âge : Plus on vieillit, plus on a de risques d’avoir le diabète.

-L’origine ethnique : les Africains indigènes semblent avoir un risque génétique plus élevé de diabète, alors que les Asiatiques semblent être protégés.

 

Les symptômes du diabète

On dit du diabète que c’est une maladie silencieuse. C’est vrai, quelques soit le type de diabète. Certaines personnes peuvent toutefois présenter des symptômes causés par l’hyperglycémie, à savoir :

-Une envie fréquente d’uriner, surtout la nuit. Les reins produisent plus d’urine pour tenter d’éliminer le surplus de glucose dans le sang

-Troubles de la vue, surtout la nuit quand on conduit.

-Les difficultés érectiles

-Une cicatrisation lente des blessures

-Picotements aux doigts ou aux pieds

-Une somnolence excessive, surtout après les repas

Vous devez consultez votre médecin dès l’apparition de l’un ou de plusieurs de ce symptômes. Les symptômes du diabète de type 1 peuvent apparaître progressivement ou brusquement. Quant à lui, le diabète de type 2 est particulièrement silencieux. Il peut évoluer pendant 10 ans sans que le malade ne s’en aperçoive. Quand le diagnostic est tardif, il a le temps de s’installer et il attaque progressivement un certain nombre d’organes cibles(les yeux, les reins, les artères). Cela entraine parfois des complications irréversibles

 

 

 

Comment savoir si on a du diabète ?

Vous devez avant toute chose vous rendre chez votre médecin pour effectuer les analyses. Un dosage de la glycémie sera pratiqué en laboratoire d’analyses médicales. Le diagnostic est posé par une glycémie à jeun supérieure ou égale à 1,26 g/l, vérifiée à deux reprises ou supérieure à 2 g/l à n’importe quel moment de la journée.

Quel est le lien entre diabète et obésité ?

Il y a un lien incontournable entre le diabète de type 2 et l’obésité. Une personne obèse a 3 fois plus de chances d’être diabétique qu’une personne non-obèse. Il existe même un mot pour caractérisé la liaison très étroite qu’il existe entre diabète et obésité : La diabèsité. Malgré le fait que l’obésité soit en partie influencée par l’hérédité, les facteurs les plus importants menant à un surpoids et à l’obésité sont un apport calorique supérieur aux besoins journaliers en énergie (suralimentation) et l’inactivité physique. Des études récentes ont démontré que l’augmentation vertigineuse de l’obésité à travers le monde est associée à un accroissement parallèle du développement du diabète de type 2. Plus la quantité de graisse dans votre corps est grande, plus votre organisme a besoin d’insuline. Si votre pancréas n’arrive pas à produire assez d’insuline pour satisfaire ce besoin, alors vous développez un diabète. Chez les personnes obèses, le diabète est donc bien la conséquence d’un excès de poids.

Combien y a-t-il d’obèses diabétiques ?

Une personne obèse a 3 fois plus de risques d’être diabétique qu’une personne non-obèse.

Diabète et grossesse

Vous êtes diabétique, et vous souhaitez avoir un enfant. Quel que soit le type de diabète, c’est possible, mais cela ne s’improvise pas ! La grossesse de la femme diabétique est considérée comme une grossesse à risques. Heureusement, une femme qui a le diabète a autant de chance d’avoir un bébé en bonne santé que quelqu’un sans diabète à condition qu’elle contrôle bien son taux de glycémie avant et pendant la grossesse.

 

Je suis diabétique, puis-je avoir des enfants ?

Sauf cas rares, il n’y a aucune contre-indication aujourd’hui pour les femmes diabétiques à avoir des enfants. Mais faites attention, vouloir un enfant lorsqu’on est diabétique (type 1 ou 2) implique de programmer sa grossesse. Il faudra donc une surveillance rigoureuse de la glycémie, et un suivi médical régulier. Le contrôle de la glycémie est un enjeu quotidien dans la vie des personnes diabétiques. Il le devient encore plus pendant la grossesse en raison des changements hormonaux.

Celui-ci n’influencera pas seulement votre santé mais également celle de votre bébé. En effet, les organes du bébé sont formés dans les premières huit semaines et il vous faut quatre semaines avant de savoir si vous êtes enceinte. Alors si vous ne planifiez pas exactement quand vous désirez tomber enceinte et que vous tombiez quand même enceinte au moment où votre taux de glycémie est trop élevé, il y a beaucoup de risques que votre enfant présentent certaines anomalies à la naissance, souvent au cerveau, aux reins ou au cœur.

Avant même la conception, il est donc nécessaire de réunir les meilleures conditions pour réduire les risques et atteindre les conditions de sécurité optimales, pour vous et votre enfant à naître, 3 mois avant la conception, pendant la grossesse et jusqu’à l’accouchement. C’est pourquoi on dit d’une grossesse diabétique qu’elle dure 12 mois.

 

Quels sont les risques que je transmette mon diabète à mon enfant ?

Le risque de transmission héréditaire est très faible pour le diabète de type 1 : 1 à 3 % si la mère est diabétique. Il est plus fort pour le diabète de type 2 : autour de 35%. C’est pourquoi il est important de donner de bonnes habitudes d’hygiène alimentaires à votre enfant dès son plus jeune âge.

 

Que dois-je faire pour réduire les risques ?

Si vous avez un diabète de type 1, il n’y a pas de raison de vous inquiéter. Cependant, Si vous avez un diabète de type 2 et que vous avez peur pour vos enfants, vous devez modifier vos habitudes de vie, en particulier votre alimentation. Vous devez éviter de prendre du poids. Les risques associés au diabète, sont plus importants chez les personnes obèses.

               

Quels sont les risques et complications d’une grossesse avec un diabète ?

Lorsque la femme diabétique ne modifie pas son mode de vie, elle risque tous les troubles liés au diabète mal équilibré, plus grave encore, elle fait prendre d’importants risques à son bébé. En effet, les femmes diabétiques ont plus de chance de faire des fausse-couche ou d’avoir un bébé avec des malformations (au cerveau, au cœur, au rein). Les malformations, notamment cardiaques, sont plus courantes chez les bébés de mamans dont le diabète n’est pas équilibré pendant la grossesse. Ce risque augmente considérablement surtout au moment de la conception et durant les 3 premiers mois de la grossesse, moment où les organes du bébé se forment. Si vous n’arrivez pas à réguler votre glycémie, un seul conseil : retardez votre grossesse. Une glycémie mal contrôlée et élevée présente de nombreux risques pour vous et votre bébé.

Les risques pour la mère sont : les fausses couches, accouchement par césarienne, insuffisance rénale, hypertension. Les risques pour le bébé sont : naissance prématuré, malformation, mort périnatale, surpoids. Il est donc capital de parvenir à un équilibre optimal du diabète avant votre grossesse.

Lien entre diabète et insuffisance rénale

Aujourd’hui, une personne sur 20 dans le monde souffre d’insuffisance rénale. Le nombre de personne atteint d’insuffisance rénal augmente d’années en années. Cela est dû à l’augmentation de certaines maladies chroniques qui causent l’insuffisance rénale. Parmi ces maladies, nous avons le diabète. Le diabète est la principale cause d’insuffisance rénale. En effet, chez les patients diabétiques, les filtres contenus dans les reins peuvent s’endommager. A cause du diabète, le filtre rénal s’encrasse.

Chaque rein est composé de plus d’un million de très petits filtres qui ont pour rôle de nettoyer le sang et de produire l’urine. Au début de la maladie, c’est la présence de grandes quantités de protéines dans l’urine qui permet de détecter des dommages aux reins. Plus tard, les dommages subis par ces filtres et d’autres parties du rein peuvent empirer et les reins ne pourront plus correctement jouer leur rôle. Au moins la moitié des personnes atteintes de diabète peuvent présenter des signes d’un début de d’insuffisance rénale. En l’absence de traitement, cela pourrait entraîner encore plus de dommages aux reins ou l’insuffisance rénale terminale. Vos reins pourraient être sérieusement endommagés sans que vous ne le sachiez. L’insuffisance rénale ne donne habituellement aucun symptôme avant qu’il n’y ait de graves dommages. Si vous êtes atteint de diabète, vous devriez vous faire tester une fois par année afin de voir si le diabète affecte vos reins. Votre médecin peut demander une analyse d’urine pour mesurer la quantité de protéines (rapport albumine/créatinine urinaire sur un échantillon aléatoire) et une analyse sanguine pour vérifier le degré d’efficacité de vos reins (créatinine sérique).

 Il arrive aussi, surtout chez les personnes souffrant de diabète et d’hypertension, qu’il y ait des dommages aux reins et une importante dégradation de la fonction rénale sans la présence de quantités accrues de protéines dans l’urine.

Le lien entre diabète et troubles de la vue

En ce qui concerne l’œil, on remarque que le diabète est le principal responsable de cécité acquise dans l’ensemble des pays occidentaux. Si vous avez le diabète de type 1 ou de type 2, vous avez beaucoup plus de chances d’avoir des problèmes de vues que quelqu’un qui n’est pas diabétique. Le diabète est la première cause de cécité dans le monde. En effet, lorsqu’il est mal contrôlé, l’excès de sucre dans le sang fait épaissir et durcir les vaisseaux sanguins qui irriguent l’œil. Ces derniers ne peuvent plus accomplir leur travail correctement. Cela peut conduire à une maladie : la rétinopathie diabétique. Le diabète peut aussi conduire à la cataracte et au glaucome. Ces maladies tendent à apparaître prématurément chez les personnes diabétiques.

Généralement, les symptômes n’apparaissent que tardivement, à un stade avancé de la maladie. Au bout d’un certain temps, la vue se trouble ou disparaît. C’est pourquoi les diabétiques doivent régulièrement subir un examen de l’œil. Environ 2 % de toutes les personnes atteintes de diabète il y a 15 ans sont aujourd’hui aveugles, tandis que 10 % d’entre elles souffrent de graves handicaps visuels. Les maladies de l’œil du diabétique sont la rétinopathie diabétique, l’œdème maculaire et la cataracte.

La rétinopathie diabétique : Environ près de 1 personne sur 3 atteintes de diabète présente une rétinopathie, des dommages aux vaisseaux sanguins dans la rétine. En effet, diabète de type 1 et 2 sont susceptibles d’endommager les petits vaisseaux sanguins qui transportent le sang vers la rétine. La rétinopathie non proliférante, qui ne menacent généralement pas votre vue, est la plus fréquente. Cependant, Si vous continuez à avoir une glycémie élevée sur plusieurs années, vous risquer d’avoir une maladie beaucoup plus grave : la rétinopathie diabétique proliférante. Pour remplacer les vaisseaux abîmés, la rétine en fabrique de nouveaux, qui sont toutefois plus fragiles et qui peuvent saigner dans une partie de l’œil. Dans ce cas, la vue est gravement détériorée. La cécité définitive est même possible.

L’œdème maculaire : La macula est la région centrale de la rétine, elle permet de distinguer les détails. Quand il y a dommages des vaisseaux, du fluide peut s’accumuler dans cette région et la rendre inactive. Parfois l’œdème se forme sans perte de vue mais la plupart du temps, le patient souffre de troubles de la vue, de déformations ou de baisse de la vision nocturne. Cela peut aller jusqu’à la cécité.

La cataracte : La cataracte est une opacité du cristallin, qui perturbe la vue et peut entraîner la cécité. Elle touche les personnes de plus de 50 ans. La cataracte peut apparaître plus tôt et progresser plus rapidement chez les diabétiques.

Tous les diabétiques doivent subir au moins un examen ophtalmologique chaque année. Ce dépistage permet d’apporter un traitement précoce et ainsi de limiter les stades les plus graves.

Les effets du diabète sur la sexualité

Le diabète peut avoir plusieurs effets néfastes sur votre sexualité, notamment par son impact sur :

-Le système hormonal qui contrôle la production de testostérone, l’hormone du désir, dont le taux peut chuter brusquement

-Le système nerveux, ce qui peut entraver l’érection si la personne est atteinte de neuropathie, une complication du diabète

-Le système cardiovasculaire, risquant d’obstruer les artères du pénis

-Le système immunitaire, rendant ainsi la personne diabétique plus à risque d’infections, telle la mycose du prépuce

 

Lien entre diabète et troubles de l’érection :

Le diabète est le « tueur silencieux » de ce siècle. Il peut être responsables de plusieurs complications, parmi lesquelles des dysfonctions érectiles. En effet, le diabète affecte la fonction érectile de 50 à 60 % des hommes à un moment ou à un autre de l’évolution de la maladie. Un grand nombre de patients diabétiques ont des problèmes d’érection, mais Ils n’osent souvent pas en parler à leur médecin. Si vous êtes dans ce cas, n’hésitez surtout pas. Il n’y a aucune honte à être malade. Ce dysfonctionnement érectile est l’un des problèmes sexuels les plus fréquents chez les hommes diabétiques. De plus, plus vite votre médecin est informé, plus vous avez de chances de vous en sortir.

En effet, le diabète abîme les artères, y compris les artères sexuelles. Comme le diabète favorise le processus d’athérosclérose (dépôt de gras et durcissement des artères), cela diminuent la qualité de la circulation sanguine dans les artères. Vu que le pénis est irrigué par de très petits vaisseaux sanguins, il est fréquent que ceux-ci soient les premiers atteints. Les corps érectiles du pénis moins bien innervés, ont plus de mal à se relâcher pour laisser venir le sang à l’origine de l’érection. Alors, pendant l’érection du pénis, le sang arrive moins bien, d’où les problèmes d’érection.

Le diabète est l’un des grands responsables de dysfonctions sexuelles. Il est la première cause organique des troubles de l’érection. On estime qu’environ 50% des hommes atteint d’un diabète de type 1 ou 2 sont touchés. Mais cela varie avec l’âge. Entre 20 et 30 ans, ils sont 10%. Lorsque le diabète a plus de dix ans, le chiffre peut atteindre les 50%.

 

WhatsApp Logo Tchattez ici
X